Vision différente

Mardi 18 mai, la Ville de Lyon a proposé aux lyonnais de se réapproprier l’espace public, à travers une démocratie participative plus inclusive et plus incluante, les élus veulent tenir compte des avis des habitants.

Lutter contre la pollution

L’enjeu global est pour la municipalité, l’urgence climatique. Il faut donc réduire les émissions de gaz à effet de serre, en limitant la circulation de voitures et de camions, dont il faut optimiser l’usage. « Cela est déjà perceptible, indique Valentin Lungenstrass adjoint aux mobilités, plus de personnes vont à pied ou en transports en commun, et surtout à vélo dont la pratique a déjà été multipliée par cinq ! ». La municipalité veut développer le vélo pour tous les publics, et particulièrement les enfants, d’où une ferme volonté d’apaiser les rues, et de créer des pistes cyclables. « L’idée est d’avoir de grands axes bien matérialisés qui permettront de développer un réseau Express Vélo » poursuit l’élu.

L’époque n’est plus au tout voiture, il faut tenir compte des enfants. Pour cela les abords de écoles et des crèches sont apaisés, comme devant Michelet et Robert Doisneau où la rue est piétonnisée. Il est également nécessaire d’élargir certains trottoirs, trop étroits pour accueillir des poussettes. Et bien sûr de végétaliser, non seulement pour des enjeux environnementaux, mais aussi de sécurité et de convivialité. « Nous souhaitons donner plus de place aux enfants, par la piétonnisation, le marquage au sol, la création ou rénovation d’aires de jeux afin de favoriser leur autonomie » assure Tristan Debray conseiller municipal délégué à la ville des enfants. Des conseils d’arrondissement des enfants, à l’image de celui du 1er, seront créés dans tous les arrondissements de la ville, afin de leur donner la parole et d’écouter leurs suggestions.

Aires de tranquillité

Des superblocks, où la circulation automobile sera très limitée, où une place importante sera laissée aux piétons et aux vélos, seront créés dans plusieurs lieux de la ville.
« Restreindre le bruit et la pollution dans certains quartier devrait permettre d’attirer des populations extérieures à la cité, qui aujourd’hui sont effrayées par le bouillonnement permanent principalement de la presqu’ile ; en cela les expérimentations piétonnes nous ont renforcé dans notre conviction » lâche Valentin Lungenstrass. Reste à savoir s’il faut prendre en compte les avis des grands lyonnais, sans tenir compte des principaux intéressés, les habitants et les riverains ! « Nous avons la volonté de transformer l’espace public, en le végétalisant, en limitant circulation et stationnement, des composteurs seront comme les terrasses installées sur ces derniers, afin d’améliorer le cadre de vie » poursuit l’élu.

Depuis plusieurs années, la part modale de la voiture est en diminution, mais la ville veut aller plus loin. Pour ce faire, elle met en avant l’autopartage et le covoiturage qui sont des solutions faciles pour avoir accès à un véhicule sans le posséder, ce qui lui fait dire que même avec des enfants, il est possible de se passer de voiture ! Valentin Lungenstrass estime qu’à Lyon il y a une suroffre de stationnements en prenant en compte ceux dans les immeubles, et que cela favorise trop la voiture !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.