Une vie, un exemple

Napoléon Bullukian naît en 1905 à Malatia, ville de l’Arménie ottomane, actuellement en Turquie. Son prénom témoigne de la volonté de ses parents de rendre hommage à la France.

Œuvre prorogée

Durant le génocide arménien en 1915, ses parents sont tués, et Napoléon qui est encore un enfant, après des mois de déambulation, est vendu comme esclave à une tribu de nomades kurdes qui l’emploie comme berger. Il sera libéré à la fin de la guerre.

En 1919, après la défaite de l’empire ottoman, il est recueilli dans un orphelinat. En 1923, parvenu à réunir quelques économies et un passeport, Napoléon Bullukian prend la route de l’exil pour la France où il commence une nouvelle vie dédiée au travail. D’abord ouvrier, il devient rapidement maçon, et fonde sa propre entreprise de bâtiment. Naturalisé français en 1928, il deviendra très vite l’entrepreneur visionnaire et mécène qui marquera Lyon de son empreinte.

Quelques années plus tard, il entre au capital de la société Astra Bouchage, fabricant des bouchons en plastique, et à la mort du dirigeant, devenu l’actionnaire principal, il prend la direction de la société.

Veuf et sans enfant, il lègue son patrimoine à la Fondation de France afin de créer la « Fondation Léa et Napoléon Bullukian » qui aujourd’hui, située place Bellecour, s’engage au quotidien pour la recherche médicale, le soutien aux artistes et les projets dédiés au peuple arménien.

Chaque année, le 24 avril est commémoré, place Antonin Poncet, devant le mémorial, le génocide arménien de 1915 par lequel un pays fut décimé.  

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.