Une lutte pour l’humanité

A la fin de la deuxième guerre, la moitié du territoire de la Palestine devint le pays des Juifs, Israël. Depuis 1948, ce dernier ne cessa de vouloir grignoter du terrain, en éliminant les Palestiniens. En 1967 ces derniers n’avaient plus que 22% de leur territoire, et en 2020 plus que 15%.

Le boycott, un devoir

Tous les pays occidentaux admettent cela, qui est pourtant la plus grande injustice de tous les temps. De ce fait, la France soutient un état criminel avec qui les échanges commerciaux se montent à plusieurs millions d’euros par an.

Le rassemblement qui a eu lieu place Bellecour samedi dernier, organisé par le collectif Pour une paix juste en Palestine, avait pour objectif de dénoncer cette situation, et d’exiger que la France suspende ses transactions avec Israël, Etat criminel.

Le fondement même de l’humanité est bafoué. En onze jours, deux cent soixante-cinq palestiniens ont été assassinés, dont soixante-trois enfants, c’est ignoble. « Israël se veut une démocratie, lance le président Abdelaziz Boumediene, une démocratie ne massacre pas les populations civiles innocentes ».

Depuis plus de soixante-dix ans, des millions de palestiniens ont été chassés et ont trouvé refuge dans des camps, dans les pays avoisinants. Il est temps qu’ils retrouvent leur terre d’origine.

La France, pays des Droits de l’Homme, doit soutenir les minorités opprimées, et non l’inverse. La terre de Palestine a été confisquée par la force, elle est celle du peuple palestinien, et doit lui revenir. « Restons mobilisés pour qu’Israël se retire des territoires occupés, afin que les palestiniens puissent rentrer chez eux, poursuit le président, car deux Etats peuvent vivre côte à côte en toute amitié ».

La paix ne pourra revenir que quand Israël reviendra à la raison, et respectera les conventions de l’ONU.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.