Tout en couleurs !

Le Comité des Fêtes de la Ville de Lyon a reçu ses amis – les pennons de Lyon, les confréries de métiers ou de lieux, et les associations étrangères, le jeudi 17 février à l’Hôtel de Région.

Se souvenir du passé pour mieux appréhender l’avenir

Du Moyen Age à la Révolution, les pennons assuraient la sécurité de la ville, un genre de police municipale. En souvenir, ils assurent aujourd’hui des animations et représentations, tels ceux de Ménival qui présentent un folklore autour des danses médiévales.

Les confréries font la promotion d’un métier, telle celle de la boulangerie qui met en avant différents pains, ou la promotion d’un produit, comme la Confrérie du cardon de Vaulx en Velin qui veut faire apprécier ce met succulent, ou celle de Saint-Joseph qui représente la cave de Saint-Désirat, ou celle du Murçon Matheysin qui s’évertue de faire connaitre ce saucisson haché fourré au carvi (cumin sauvage) ; la Confrérie des Compagnons du Beaujolais a plaisir à faire apprécier les différents crus de ce terroir, quand celle des Gaulois Voraces, défend les mâchons lyonnais. Au XVIIIe siècle, les canuts, après avoir remis leurs fabrications à leurs donneurs d’ordre, situés dans le quartier des Terreaux, cassaient une croûte, un plat composé d’abats et un bout de fromage, avant de rejoindre leurs ateliers à la Croix-Rousse. « Ces traditions lyonnaises ne doivent pas tomber dans l’oubli » assure le président Christian Gelpi. Ce fut une soirée colorée, car chacun portait les costumes traditionnels de l’époque, et animée autour de buffets et spectacles.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.