Tendance haussière

Malgré les difficultés dues au marché mondial, la Banque de France reste optimiste pour l’avenir.

Envolée des prix

Dans l’industrie, la production et la demande se poursuivent sur une bonne dynamique, tandis que le niveau des stocks se creuse encore. L’industrie du bois-papier-carton est toujours très sollicitée, ainsi que les secteurs de la fabrication de produits informatiques, électroniques et d’équipements électriques. Cependant la guerre en Ukraine ravive l’incertitude des chefs d’entreprise sur les conditions d’approvisionnement et la hausse des coûts de production. Pour autant, un maintien de la production industrielle est envisagé pour le mois d’avril. De nouvelles augmentations des tarifs des produits finis sont attendues.

Dans la continuité de ce début d’année, l’activité des services marchands progresse à nouveau en mars sous l’effet d’une demande globalement en hausse. L’hébergement-restauration se porte mieux qu’attendu, favorisé par la levée des restrictions sanitaires, les vacances scolaires et le retour progressif du tourisme étranger.

De même, l’activité des agences de travail temporaire reste soutenue malgré les difficultés d’approvisionnement que peuvent rencontrer certains clients industriels qui pénalisent la production et peuvent réduire leur recours à l’intérim, ou le manque de candidats notamment dans le tertiaire (hôtellerie-restauration) ou le bâtiment.

Un seul secteur est en retrait ce mois-ci, celui du transport routier, qui subit les fortes augmentations de prix du carburant.

Au global, les prévisions pour avril suivent la même tendance haussière même si les professionnels de l’hôtellerie-restauration et des transports routiers anticipent une stabilité. La tendance est une nouvelle fois à la hausse pour le secteur du bâtiment. Les carnets sont très bien garnis que ce soit pour le segment du gros œuvre comme celui du second œuvre. Néanmoins, malgré une demande vigoureuse, les réalisations de chantiers continuent d’être perturbées par les difficultés persistantes d’approvisionnement (tuile, carrelage, brique…) ou par le manque structurel de main d’œuvre. De surcroît, la revalorisation des prix des devis compte-tenu de la hausse des cours des matières premières (acier, énergie…) engendre une forte concurrence et une très nette dégradation des marges. Dans ce contexte, les prévisions pour avril sont stables pour l’ensemble du secteur du bâtiment.

Grâce à des carnets de commande bien garnis, l’activité des travaux publics a fortement progressé ce premier trimestre. Toutefois, le secteur subit sévèrement l’envolée des cours des matières premières, notamment de l’énergie ou du bitume, qui sont alors répercutés partiellement dans les devis. Les perspectives restent favorables même si elles semblent limitées par la réduction des appels d’offres publics, les élections présidentielles et de nouvelles ruptures annoncées d’approvisionnement en lien avec la guerre en Ukraine

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.