Sur les dents !

Le CIL Centre Presqu’ile qui a tenu son Assemblée générale le lundi 25 janvier, travaille avec les collectivités, pour le bien-être des habitants de la presqu’ile.

Une grande vigilance est nécessaire

Les expérimentations piétonnes ont d’un côté été concluantes, car moins de bruit, moins de pollution, et déplacements plus faciles, mais d’un autre, l’accès aux magasins pour les non-résidents était plus difficile, et les chiffres d’affaire en baisse d’environ 20%. « Les résidents veulent avoir accès à leur domicile, au moins pour charger et décharger, et pouvoir stationner » indique le président Bernard Colombaud. La difficulté est pour les artisans et pour les non-résidents qui viennent pour un besoin précis.

Des études ont montré que seulement 2% des visiteurs viennent en voiture. Le commerce ne devrait donc pas trop souffrir de cette piétonisation qui semble inéluctable entre Bellecour et Terreaux, plus une partie du cours Charlemagne ! Ceci afin de diminuer la voiture au profit des vélos, transports en commun, et marche à pied. Le CIL qui n’est pas contre, souhaite être associé et consulté à propos de ce projet.

Le CIL demande de la végétation rue Victor Hugo, par exemple les bacs de la rue Edouard Herriot qui actuellement sont remisés. La municipalité répond en végétalisant les rues adjacentes, ce qu’elle avait d’ailleurs dit depuis le début avant la réfection de la rue.

Enfin écouté ?

Les nuisances nocturnes se sont aggravées depuis le premier confinement. CPI a rencontré Mohamed Chihi, adjoint à la sécurité qui souhaite que la ville prenne en charge le problème des sans-abri, et qui est favorable à la vidéoverbalisation, car d’après lui, il y a très peu de récidives. La ville étudie la possibilité d’implanter des radars de bruit et d’augmenter les effectifs de police municipale. Problème, celle-ci travaille la journée, alors que les rodéos ont lieu la nuit !

A propos de la desserte de l’ouest lyonnais et du métro E, le CIL propose de tenir compte du tram-train de l’ouest lyonnais, qui arrive à Saint-Paul, et pourrait être prolongé jusqu’à l’Hôtel de Ville. Balayée par l’ancienne municipalité, cette suggestion est prise en compte par la nouvelle ainsi que par la préfecture. « D’autre part, nous avons demandé l’étude du triangle des Charpennes, qui permettrait une liaison directe entre Presqu’ile et Part-Dieu » poursuit le président. Ceci éviterait et serait bien moins onéreux que la réalisation du T8, Bellecour-Part-Dieu, qui passerait sur les quais du Rhône, devant l’Hôtel-Dieu ! Seulement, la municipalité est très favorable au T8, car il gênerait considérablement la circulation automobile !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.