En sortant de prison

Quand une personne se présente chez Companio, c’est un premier pas qui signifie qu’elle veut prendre un nouveau départ. En 2015, soixante-et-une ont poussé la porte, et trente-neuf ont été accompagnées

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De nombreuses difficultés – Certaines sont déçues, car l’association ne peut généralement pas les satisfaire immédiatement, elle les dirige vers d’autres structures. « Souvent ces personnes sont en détresse, indique le président Léon Krief au cours de l’assemblée générale qui s’est tenue le 27 avril à la mairie du 2e, nous les accueillons et les informons sur les démarches à accomplir ». Fréquemment sans papier et sans adresse, elles ont des difficultés à avoir une domiciliation. « Nous pouvons les faire bénéficier d’une nuit d’hôtel ou de tickets repas, poursuit le président,  mais il est difficile de répondre à toutes les demandes ». Viennent ensuite les problèmes de la réinsertion qui est très difficile, car ces personnes, la plupart du temps sans qualification ni expérience, sont souvent très éloignées de l’emploi et parfois lorsqu’elles ont la chance d’en trouver un, ne le conserve que quelques jours, ne pouvant s’astreindre aux règles et à la discipline que celui-ci impose. En revanche celles qui tiennent bon voient leur situation s’améliorer.  En troisième lieu, la santé et les soins sont également un point crucial, Companio  oriente les personnes vers des centres médicaux appropriés.

L’activité reste stable depuis quelques années, mais l’association se réjouit, car des jeunes viennent la rejoindre.

contact: lyon-presquile@orange.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.