Ras-le-bol généralisé !

Sauver les revenus des agriculteurs était l’objectif de la manifestation qui a rassemblé quelques deux cents tracteurs et plusieurs centaines de personnes place Bellecour, le jeudi 25 mars.

Des prix en berne

Demain se construit aujourd’hui ! Alors que les revenus des agriculteurs sont au plus bas, ils sont menacés par les orientations de la Politique Agricole Commune (PAC). Ils ne peuvent plus se payer, et vendent en dessous de leur prix de revient. Pourtant ces producteurs sont le premier maillon de la chaine alimentaire. Mais force est de constater qu’ils sont étranglés par les intermédiaires et les grandes surfaces qui veulent toujours des prix à la baisse. « Cela fait cinquante ans que ça dure, clame le président de la FRSEA, il faut que le Gouvernement réagisse, car nous arrivons à un point de non-retour ».

Ils demandent que les prix soient indexés aux coûts de production sur tous les volumes, quelle que soit la filière. Il n’est pas admissible qu’ils ne puissent pas avoir des prix à la hauteur de l’enjeu !

C’est un rapport de forces entre le monde agricole et les intermédiaires qui ne paient pas le vrai prix. Ceux-ci augmentent dans les grandes surfaces, mais l’argent n’atteint pas la ferme.

« C’est la misère lâche Damien Giroud président des Jeunes Agriculteurs du Rhône, les prix de nos entrants augmentent quand les prix de vente stagnent ou diminuent, à ce train il n’y aura plus d’agriculteurs d’ici dix ans ! ».

Un agriculteur fait vivre sept actifs dans la société, transport, emballage etc. Le jour où il n’y en aura plus, tout un pan de l’économie s’écroulera.

Le préfet a pris acte de leur mécontentement et leur a obtenu pour la semaine prochaine, un rendez-vous avec le ministre de l’Agriculture qui doit revoir sa copie, car il faut maintenant déboucher sur un accord.

Pour montrer leur colère, ils ont apporté de la misère dans leur tracteurs, fumier, troncs d’arbres, pneus, qu’ils ont déversés dans plusieurs lieux de la ville.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.