Privilégier les lyonnais

La Métropole et la Ville de Lyon renforcent les règles de location des appartements meublés pour le tourisme, type Airbnb.

Le logement en tension

L’objectif est de mieux réguler ce type de location pour qu’il ne se fasse pas au détriment de la location classique. Mais il faut reconnaitre que les appartements en location en meublés de tourisme répondent à une véritable attente de la part des visiteurs. Lorsqu’ils sont mis en location sur des plateformes en ligne de manière occasionnelle, cela complète l’offre en chambres d’hôtel de l’agglomération. Mais c’est un problème lorsque les locations touristiques se font de façon récurrente, les logements ne sont alors plus disponibles pour de la location classique.  Parmi les trois cent mille logements lyonnais comptabilisés, neuf mille seraient à but touristique longue durée, soit 3%, et en plus la construction de logement a fortement diminué depuis 2018. Tout cela rend de plus en plus difficile de se loger à Lyon.

Compenser les logements touristiques

L’objectif de la ville et de la métropole est de maintenir une offre de logements classiques disponibles suffisante pour que tous les lyonnais puissent se loger. Pour réguler le nombre de logements qui changent d’usage pour devenir des meublés de tourisme, les collectivités renforcent les règles existantes.

Dans le centre-ville, toute demande de changement d’usage d’un logement d’habitation en meublé de tourisme est désormais soumise à une obligation de compenser. Cela consiste à mettre en location classique un autre logement par transformation en habitat de locaux ayant une autre destination que l’habitation de même taille, situé dans le centre et dans le même arrondissement,

Dans les arrondissements périphériques, il faudra compenser avec un logement de même taille et dans le même arrondissement, quand les logements auront une surface supérieure ou égale à 35 m²

Pour les logements de moins de 35 m², les propriétaires ne pourront plus faire autant de demande de changement d’usage qu’ils le souhaitent. Une autorisation temporaire sera accordée pour neuf ans, non reconductible. Ils n’auront pas de compensation à proposer.

C’est la ville de Lyon qui contrôle le respect des règles. Elle a déjà vérifié plus de trois mille neuf cents adresses et effectué deux cent dix-huit mises en demeure pour régulariser les situations. Une première condamnation a abouti en avril 2021 avec un jugement en faveur de la ville de Lyon et une amende de vingt et un mille euros pour le propriétaire qui ne respectait pas les règles !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.