Pour la paix sociale

Après neuf ans passés dans le Centre d’Echanges de Lyon Perrache, la MJC Confluence est arrivée en 2013, dans un écrin de verdure, au bord de la Saône et de la darse, dans un espace de 880 m².  Seulement elle s’est avérée rapidement trop petite, puisque sa surface est la moitié de celle rasée en 2004 cours Charlemagne.

Entre le marteau et l’enclume

Pourtant la MJC avait prévenu qu’elle serait rapidement trop petite étant donné le nombre d’habitants attendus dans ce quartier, mais la ville n’a rien voulu savoir ! L’équipe de la MJC, porteuse des valeurs d’Education Populaire, développe alors ses projets en multipliant les activités culturelles, artistiques, environnementales, périscolaires etc. pour permettre aux habitants de s’épanouir pleinement dans ces nouveaux espaces. Si bien que le nombre d’adhérents a doublé en cinq ans, jusqu’à dépasser les trois mille. Elle cherche à s’agrandir !

C’est alors qu’en 2018, l’adjoint au Maire de Lyon, lui propose un local de 207 m2 place Renée Dufour, où la MJC va développer des activités correspondant au quartier, afin d’être considéré Espace de Vie Sociale (EVS). Les habitants du quartier viennent s’y retrouver, et les enfants faire leurs devoirs.

En 2018, le maire du 2e arrondissement de l’époque, Denis Broliquier avait attaqué la ville, arguant que ce local était un local de proximité qui devait être géré par la mairie d’arrondissement. Et contre toute attente, le tribunal lui a donné raison ! La MJC va donc probablement devoir à la rentrée prochaine, quitter les lieux, pour les laisser à la mairie du 2e, qui d’après le maire Pierre Oliver, en a un grand besoin !

Tout problème a sa solution

Grâce à ces locaux, la MJC a pu développer plusieurs activités, émanent souvent des usagers eux-mêmes, et permettant la rencontre. « Cela conduira juste à nier tout le temps passé à tisser patiemment le lien avec les habitants du quartier, déclare la présidente Valérie Dor, sans parler de l’équipe de la MJC qui met tout son cœur à servir encore et encore les projets conçus par et pour les habitants » Une telle interprétation conduirait à mépriser ce que toute mairie d’arrondissement se doit avant tout de servir : l’intérêt et le bien-être des habitants ! « Notre projet, patiemment mis en place depuis trois ans risque d’être totalement anéanti » déplore la présidente.

Des locaux, il y en aura dans l’arrondissement, des locaux adaptés à de simples réunions tels que voulus par la Mairie du 2e, dans tous ces immeubles nouveaux dont la construction n’est pas achevée. « Ce lieu est plus accessible, indique la responsable Adèle Boyard, les usagers résident généralement à proximité, et ne comprennent pas la finalité de ce transfert ».

Il est nécessaire que les politiques comprennent et regardent ce qui se fait aujourd’hui à l’EVS, écoutent les témoignages des habitants de ce quartier qui tous souhaitent conserver cet EVS à cet endroit, dont ils ne disent que du bien ! « Laissez les professionnels de l’animation socio-culturelle faire leur métier, poursuit la présidente, rangeons au placard des rancœurs obsolètes et ensemble, construisons l’avenir ! ».

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.