Piétoniser = Apaiser la ville

Fin Mars, le tram T2 doit être prolongé jusqu’à l’Hôtel de Région, ce qui va nécessiter des aménagements de l’espace public, dans le secteur, car cela va augmenter le trafic des trams, et celui des piétons. Le projet a été exposé le mercredi 3 février, au cours d’une réunion publique en visioconférence.

Forte demande mais aussi inquiétudes

Le changement le plus important sera l’expérimentation, de fin mars à fin juin, de la piétonisation du cours Charlemagne, entre la rue Montrochet et le quai Antoine Riboud, soit une longueur de deux cents mètres environ. La Ville et la Métropole pensent que le retournement du T2 derrière l’Hôtel de Région, entrainera une saturation du carrefour Charlemagne-Montrochet, et que cette piétonisation en améliorera le fonctionnement.

Avant d’en prendre la décision ferme, une enquête a été réalisée, à la fois par internet et sur le terrain. Il s’avère, selon la Métropole, que la majorité des personnes résidant dans le quartier, sont pour cette piétonisation qui permettra de végétaliser. Quelques personnes sont contre, car le quartier est suffisamment saturé ! « Cette enquête est une énorme mascarade, clame Pierre Oliver maire du 2e arrondissement, cette piétonisation est punitive pour les habitants, car elle supprime l’un des accès à la Confluence ». D’autre part, cette expérimentation aura lieu alors que de nombreuses entreprises sont en télétravail, il n’y a donc pas le flux normal de circulation !

De leur côté, la Ville et la Métropole souhaitent améliorer la cohabitation des modes de déplacement, et montrer le gain en qualité de vie et de confort. « Piétons et cyclistes auront plus d’espace, indique Valentin Lungenstrass adjoint délégué aux mobilités, l’arrêt du tram sera mieux connecté à son environnement, car les barrières existant actuellement seront supprimées, et un plan de végétalisation ambitieux mis en place ».

La circulation automobile sera alors déviée par les quais et les rues parallèles au cours Charlemagne, d’autant qu’avec deux tramways, celle-ci devrait diminuer. « Il est nécessaire que les aménagements du cours Charlemagne et des rues adjacentes correspondent aux attentes des riverains et visiteurs » indique Fabien Bagnon vice-président de la Métropole délégué à la voirie.

Laurence Boffet, vice-présidente de la Métropole parle d’espace apaisé, alors que le maire du 2e insiste sur la recrudescence de délinquance et de trafic que cela risque d’entrainer.

La concertation se poursuivra tout au long de l’expérimentation, et les lyonnais sont appelés à donner leur sentiment et à faire part de leurs réflexions et de leurs attente maison@lyon-confluence.fr De toute manière, il est probable pour ne pas dire certain, que cette expérimentation soit pérennisée, mais en tenant compte des contributions !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.