Peuple en galère

Suite à l’invasion de l’Ukraine par les Russes, le 24 février dernier, la Région a suspendu immédiatement l’ensemble de ses partenariats et coopérations avec la Russie.

Auvergne-Rhône-Alpes, théâtre d’accueil

Elle se mobilise en déployant un fonds de première urgence de trois cent mille euros, et en travaillant avec les associations et ONG, force d’Auvergne-Rhône-Alpes, qui favorisent les couloirs humanitaires. « Nous accueillons un flux permanent de déplacés » assure Jean-Paul Bosland élu régional posté à la frontière Pologne-Ukraine. Face à cette situation d’urgence, il est important d’agir en France pour accueillir les Ukrainiens et leur trouver des familles d’accueil.

La Région fournira un soutien financier aux structures spécialisées dans l’humanitaire, car elle attend entre cinq et dix mille réfugiés. Ces personnes ont accès à un travail immédiat, la Région va leur offrir des formations, et accompagner les étudiants ukrainiens qui sont actuellement en Auvergne-Rhône-Alpes, car ils sont dans une situation psychologique et financière très compliquée. « Nous ne savons plus où va notre futur » assure Taras étudiant en biologie.

Cinq cents personnes sont déjà accueillies à Lyon ; quarante-cinq tonnes de marchandise et matériel sont partis vers la Pologne pour être acheminés en Ukraine, ce qui prouve que les habitants d’Auvergne-Rhône-Alpes ont manifesté un grand élan de solidarité. « Mais cela ne doit pas fléchir, indique le président Laurent Wauquiez, ce pays a besoin en priorité de de matériel médical, mais aussi de produits de première nécessité et de vêtements ». Certains dons restent en France pour subvenir aux besoins des réfugiés.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.