Mort avant l’heure !

Au troisième jour de surveillance, le Préfet de police a infligé une fermeture administrative de sept jours, en décembre en pleine Fête des Lumières, au Café 203 situé rue du Garet.

Et cela parce qu’un serveur avait son masque sous le nez. Le patron, Christophe Cédat a alors entériné son enterrement. Il s’est couché dans un cercueil entouré de fleurs et de bougies devant l’établissement, avec en musique de fond La Marche funèbre de Chopin, pendant les sept jours de la semaine, ce qui n’a pas manqué de surprendre les passants.  « Cette fermeture nous a coûté quatre-vingt mille euros, indique-t-il, nous sommes du gibier que la ville traque, pour la police, c’est une performance de nous faire plier, petit à petit Macron nous tue ! » Et de préciser que cette fermeture alors qu’ils étaient en pleine énergie, est une honte pour la démocratie, d’autant que le secteur de la restauration n’est pas privilégié, surtout en ce moment, et qu’un avenir encore plus difficile se profile avec le passe vaccinal. Il estime que ce n’est pas à eux à porter la responsabilité de la Covid en vérifiant l’identité des clients.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.