Les locomotives européennes

A l’approche des trente ans des « Quatre moteurs de l’Europe » (Bade Würtemberg, Auvergne-Rhône-Alpes, Catalogne, Lombardie), le CESER a voulu le jeudi 14 décembre à l’Hôtel de Région,  porter le regard de la société civile sur cette collectivité originale.

Un noyau dur

Si les premiers accords ont eu lieu en 1986, c’est en 1988 que ces quatre régions qui se ressemblent tout en étant différentes, ont décidé de travailler ensemble, pour avoir plus de poids et davantage de visibilité en Europe, dont à elles quatre elles représentent 10% du PIB et 10% de la population. Bien que cette initiative originale ait un peu dérangé les Etats, des accords se sont rapidement mis en place. « On se rend compte qu’il était et qu’il est toujours nécessaires que des projets soient lancés et portés » indique Abdénour Ain Seba de la Commission Internationale du CESER. Leurs enjeux sont partagés mais elles appréhendent différemment les sujets.

Faire d’une contrainte une opportunité

Depuis une dizaine d’année, leur coopération est moins virulente, aussi le CESER leur propose-t-il de faire entendre leur voix pour répondre aux enjeux de l’avenir qui sont particulièrement importants en matière de santé, de vieillissement des populations, de recherche et d’environnement. Ceci, afin de promouvoir une nouvelle économie et de devenir les leaders mondiaux dans ces domaines pour accompagner les entreprises et leur permettre d’innover. La formation et l’apprentissage sont aussi à prendre en compte pour aider les salariés à se reconvertir, et les élèves à trouver une voie. L’interculturalité est également essentielle.

Les Quatre Moteurs sont des régions industrielles qui se ressemblent,  ils ont un devoir de solidarité envers les autres, et imaginent des solutions pour que l’économie vienne irriguer les territoires européens, de manière à ce que la ruralité participe au développement des régions.

Les bases solides de cette entente ont montré leur force. Ces régions dont la coopération n’a jamais été remise en cause, peuvent et doivent être des acteurs solides pour faire face à de nouveaux challenges, dans une Europe aujourd’hui fragilisée.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.