La Fête des lumières

Depuis 1852, le 8 décembre est une fête religieuse à l’occasion de laquelle les lyonnais mettent des lumignons sur leurs fenêtres, pour illuminer la ville, en l’honneur de la Vierge Marie. Sans intervenir aucunement sur le caractère religieux de cette fête, Gérard Collomb l’a, dès son arrivée à la mairie de Lyon, englobée dans la fête des lumières, véritable liasse populaire, qui voit passer plusieurs millions de visiteurs sur quatre soirs.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Spectacles changeants Ce festival a pris une dimension internationale, rendez-vous d’excellence de technique et de créativité, il est un véritable moment d’émerveillement. Cette année, la place Sathonay est transformée en salle de bal, un spectacle étonnant est offert sur la place des Terreaux, les cous de l’Hôtel de Ville sont devenues un sanctuaire éphémère , où de multitude de plumes portées par un vent léger virevoltent dans un ballet de lumière, alors que l’architecture de l’opéra est réellement bousculée, de grandes marionnettes aux corps flexibles et transparents déambulent quai Saint-Antoine ; la lumière s’échappe du Théâtre des Célestin, quand aux Jacobins sont projetés des motifs enfantins. Place Bellecour, à l’occasion des soixante-dix ans de la disparition de Saint-Exupéry, une fresque à effets spéciaux permet d’admirer ses avions comme en plein vol. La darse de la Confluence, atteinte par le cours Charlemagne décoré de façon insolite, ne cesse de changer de couleur. Bref, du nord au sud de la presqu’ile, à voir et à revoir !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.