Grincer des dents !

A la caisse d’un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats.


Conflit générationnel

La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l’écologie  » Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique, les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources ! « 
« Je suis désolée, rétorque la dame, mais il n’y avait pas de mouvement écologiste de mon temps. ». Et d’égrener qu’à l’époque, on montait les escaliers à pieds, sans escalator ni ascenseur ; que les bouteilles en verre étaient consignées, et renvoyées à l’usine, stérilisées et remplies à nouveau, le plastique n’existait pas ; qu’on ne prenait pas la voiture pour faire trois cents mètres ; on ne connaissait pas les couches jetables, on lavait celles des bébés ; on faisait sécher les vêtements dehors sur une corde, il n’y avait pas de sèche-linge ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques, micro-onde, radio réveil … qui consomment de l’électricité ; on utilisait du papier pour rembourrer, et non des bulles en polystyrène, on buvait de l’eau à la fontaine ou au robinet, sans acheter des pacs d’eau de source ; on travaillait physiquement, donc pas besoin d’aller au club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l’électricité ; les multiprises pour alimenter toute la panoplie d’accessoires électriques indispensables au jeunes n’existaient pas.


A l’époque on ne pensait pas écologie, c’est la société de consommation qui a entrainé une dépense d’énergies faramineuse. « Ce n’est pas en réduisant la circulation et en mettant en place des circuits courts que l’on retournera en arrière, assure la vieille dame, vous avez dit écologie, n’est-ce pas pour rigoler ? » !
« Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens, ajoute la caissière, vous ne considériez absolument pas la protection de l’environnement dans votre temps ». Mais il y a seulement cinquante ans, le mouvement écologiste était inconnu !

Tout ce qu’on regrette, c’est qu’aujourd’hui les jeunes s’imaginent avoir tout inventé et tout savoir, à commencer par le travail. Ils ne peuvent pas écrire dix lignes sans faire une multitude de fautes d’orthographe, ils n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées, ils ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel, ils ne savent pas mieux où passe le Danube quand on leur propose Vienne ou Athènes,
Mais il faut le reconnaitre, ils sont les meilleurs pour donner des leçons écologiques et informatiques aux autres !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.