Être propriétaire, une galère !

L’Union Nationale de la Propriété Immobilière (UNPI) du Rhône, a tenu son assemblée générale, le lundi 27 juin, à l’Embarcadère.

Calendrier trop contraint

Avec la suppression de la taxe d’habitation et l’encadrement des loyers, les locataires ont gagné face aux propriétaires qui voient leur taxe foncière qui représente 20% des recettes, augmenter de 3,5% à Lyon, du fait de la suppression de la première. Et cela n’est pas fini, ce que ne paie plus l’un doit être financé par l’autre ! Les recettes des bailleurs s’amoindrissent, or ils vont avoir besoin d’argent pour financer les travaux à venir. Dès 2025, les habitations classées G au Diagnostic de Performance Energétique (DPE), seront interdites à la location, puis en 2028, ceux classées F suivront, et en 2034 ce sera le tour de ceux classés E. « Ainsi, des milliers d’appartements risquent de rester vacants dans les années qui viennent, indique le président Sylvain Grataloup, ce qui est un réel problème quand la demande augmente comme à Lyon. ». L’objectif est d’atteindre la neutralité carbone en 2050. En plus, depuis novembre 2021, les loyers sont encadrés à Lyon, et ne peuvent être augmentés.

Les propriétaires sont acculés à faire des travaux d’isolation, s’ils ne le peuvent pas, ils devront vendre. L’UNPI recommande aux propriétaires de prendre conscience des travaux à réaliser, et de se saisir rapidement du sujet.
D’autre part, l’UNPI a dénoncé le caractère irresponsable de la suspension voire de la grève des loyers pendant la période Covid. En effet, nombre de petits propriétaires ont besoin de cet argent, complément de salaire ou de retraite, pour vivre.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.