Direction piétonnisation !

La nouvelle majorité veut apaiser la presqu’ile, car il y a trop de voitures, elle a une ambition très forte sur ce sujet.

Améliorer la qualité de vie !

Deux solutions sont à l’étude : la piétonniser totalement, ou seulement les axes principaux. Le week-end des 26 et 27 septembre, durant lequel la circulation sera interdite de la place Carnot au boulevard de la Croix-Rousse permettra aux élus d’affiner leur décision. Néanmoins il semble que l’orientation soit plutôt en faveur d’une zone à trafic limité.

« Nous avons été élus sur un programme, et nous le respecterons, lance Fabien Bagnon vice-président de la Métropole, si on écoute les commerçants, on ne peut pas avancer ». Car ces derniers sont dans leur majorité, vent debout contre la piétonnisation ! « Piétonniser la presqu’ile alors que les rassemblements sont interdits, c’est se foutre de la gueule du monde » lance une commerçante de la rue Victor Hugo. Cela amène beaucoup de badaud, et peu de clients. « Je ne prendrai pas les transports en commun avec un jolie sac tout neuf » indique Nathalie qui sort de chez Lancel. Plusieurs pensent que le centre-ville est en train de couler suite aux gilets jaunes et manifestations, et que la piétonisation n’arrangera rien. Cependant, certains tel Fabrice Bonnot président des commerçants de la rue de la Charité, trouvent que ce serait une très bonne chose, dans la mesure où un service de livraison, soit à domicile, soit sur les parkings relais serait assuré par des triporteurs par exemple. « Cela est une réelle organisation, indique-t-il, mais c’est tout à fait possible ». D’autres tel le président de la rue Emile Zola pensent que cela est plutôt positif, les clients sont plus détendus. Bref, les avis divergent, mais l’orientation est fixée !

Urgence !

Concernant le stationnement, il faut essayer de le minimiser sur la voirie, au profit des parkings qui sont nombreux dans la presqu’ile. De toutes manières, il est probable que d’ici quelques mois, seuls les véhicules des résidents, riverains et livraisons auront accès au territoire situé entre Rhône et Saône.

Il y a deux possibilités pour le tunnel de la Croix-Rousse, soit le fermer aux automobiles, soit réserver un tube aux modes doux, et l’autre à la circulation avec une voie de bus, donc une seule file pour les voitures. La deuxième hypothèse semble la plus probable, mais dans ce cas-là, attention aux bouchons et donc à la pollution !

En revanche, la Métropole et la ville parlent peu de la sécurité qui donne l’impression de ne plus être sous contrôle. Pourtant, la Métropole comme la mairie centrale ont des moyens d’action et des outils pouvant la renforcer ! Alors Urgence écologique peut-être à long terme, mais urgence sécuritaire surement, et tout de suite !

Le classement de Lyon au patrimoine mondial de l’Unesco est en partie dû à son centre-ville vivant et habité, il faut qu’il le reste. Or des familles quittent la presqu’ile, et des classes ferment. Là aussi il y a urgence à retenir la population !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.