Bricolage du vivant !

A l’appel du collectif Marchons Enfants, plus de deux mille personnes ont manifesté le dimanche 31 janvier, comme dans soixante-dix villes, contre la loi bioéthique qui doit être discutée au Sénat à partir du 2 Février.

Pilier de la dignité

Après s’être rassemblé la veille place Jean Macé devant les allocations familiales, le cortège est parti des Cordeliers dimanche après-midi, pour rejoindre la place Bellecour, pour dénoncer la marchandisation et la commercialisation du corps humain. Les Français voudraient que le gouvernement s’occupe des vrais problèmes, qui sont nombreux actuellement, et non d’un qui détériore l’être humain. « La PMA fabrique des orphelins de père, clame Aude Mirkovic porte-parole de l’association Juristes pour l’enfance, en France l’enfant ne s’achète pas, la femme ne se loue pas ! »

En deuxième lecture, les députés ont ignoré les modifications apportées à cette loi par le Sénat, il ne doit pas en être de même cette fois-ci. « Levons-nous contre ce texte qui change la civilisation ». Le gouvernement veut le faire passer coute que coute sous prétexte qu’il va vers le progrès, mais la marchandisation du corps et de l’être humaine n’est pas un progrès, bien au contraire, il accroit les inégalités ! Tout enfant a droit à un père et une mère, logique de l’humanité !

Les manifestants ont demandé aux sénateurs de réécrire cette loi, qui bouleverse la société, et de supprimer l’article 1. « Votre responsabilité est immense, assure Marc Faber président de La Manif pour tous, il s’agit de protéger et de respecter les enfants, pour empêcher que le monde se défasse ».

Dans ce projet, des intérêts lucratifs qui acheminent vers un trafic procréatif, sont en jeu. L’être humain ne doit être l’objet d’aucun trafic ! Les Français sont inquiets du devenir de leurs enfants et de l’humanité. Les liens avec les parents sont charnels, la filiation ne peut se baser sur un contrat.

« Le pilier de la paternité, tout comme ceux de la maternité et de la condition humaine sont à protéger » lance Blanche Streb d’Alliance Vita

85% des Français reconnaissent la nécessité d’avoir un père et une mère. Le Président de la République peut et est fortement incité à demander le retrait de ce projet de loi.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.