Ascension fulgurante

Mercredi 5 mai a été commémoré le deux centième anniversaire de la mort de Napoléon, homme fabuleux d’un côté pour toutes ses victoires et les innovations qu’il a apportées , mais décrié de l’autre car il a rétabli l’esclavage aux Antilles.

Grande confiance en lui

Au cours de toutes ses conquêtes, Napoléon a joué avec la mort en allant sur le champ de bataille, il se croit invincible ! « Le boulet qui me fauchera n’a pas encore été fondu ». Homme à part, il voulait franchir la mort pour atteindre la postérité.

Le jeune Corse, est venu sur le continent pour suivre une formation militaire. En 1793, il est capitaine dans l’armée, et reprend Toulon. Il est alors nommé général, mais âgé de vingt-six ans, il trouve que sa carrière piétine, et s’interroge sur son avenir. C’est alors qu’en 1795, à l’heure où Paris s’enflamme, il est chargé par la Convention de rétablir l’ordre. Il mate la rébellion et devient gouverneur militaire de Paris. A cette époque, il rencontre puis épouse Joséphine de Beauharnais,  qui saura lui donner confiance, tout en lui ouvrant des portes.
En 1796, il enfonce les armées autrichiennes, et défie la mort au pont d’Arcole, c’est là que se joue son destin, il croit en sa fortune et se dit protégé par une étoile, il vole comme l’éclair, et frappe comme la foudre ! Il ne doute plus qu’il a un destin.

Depuis l’Egypte où il pensait acquérir une nouvelle gloire, Bonaparte rentre précipitamment en France, où c’est l’anarchie, le directoire est dépassé. Il va prétendre un complot royaliste, et grâce au coup d’Etat des 18 et 19 Brumaire, être nommé Consul à la tête de l’Etat. En 1800 il échappe à son premier attentat, ce qui le convainc de son invincibilité. Il se fait alors nommer consul à vie, et en trois ans va changer la physionomie du pays !

Dieu de la guerre

Désormais rien n’arrête son ascension, le 2 décembre 1804, il est sacré Empereur, et vole de succès en succès, l’empire ne cesse de s’agrandir, l’Europe est à ses pieds ! Il impose son code civil, et réorganise les Etats.

Mais il veut fonder une dynastie, et Joséphine ne lui donne pas d’héritier. Il va donc la répudier en décembre 1809, pour épouser la princesse autrichienne Marie-Louise, qui lui donnera un fils peu après.

En 1812, il se livre à l’assaut de la Russie, mais cette campagne va être un désastre, et l’empire se disloquer. Il réalise alors sa chute. Le 30 mars 1814 les troupes de la coalition ennemie entrent dans Paris, Napoléon abdique.

Il est alors envoyé à l’ile d’Elbe, mais il n’accepte pas sa défaite. Il reste aux aguets de ce qui se passe en France, En février 1815, il débarque en Provence et remonte vers Paris par la route des Alpes, les Français courent au-devant de lui ! Mais les armées étrangères ne voient pas son retour d’un bon œil, et lui déclare la guerre. Il ne va pas tarder à se rendre une deuxième fois, après la défaite de Warterloo, en juin de cette même année. Il est alors exilé à Sainte-Hélène, où il mourra le 5 mai 1821.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.