Zones uniques

L’exposition « Makay, un refuge en terre malgache » présentée au Musée des Confluences du 16 octobre au 22 août, fait découvrir un massif, œuvre de la nature formée de multiples canyons, situé dans le sud-ouest de Madagascar.

Labyrinthe géologique

Ses vallées abritent une mosaïque d’écosystèmes depuis des millions d’années. Cette forteresse minérale est devenue un refuge pour des groupes d’animaux et de végétaux qui, ainsi isolés, ont divergé au point d’engendrer de nouvelles espèces.

Les forêts primaires, longtemps protégées par ce relief spectaculaire, sont aujourd’hui menacées par la progression des feux de brousse et l’insécurité alimentaire des populations alentour. « Cette région est l’illustration de rares écosystèmes, méconnus, inaccessibles et pourtant menacés par des activités humaines en expansion » révèle la directrice Hélène Lafont-Couturier .

L’exposition est une immersion dans ce labyrinthe géologique inconnu. Grâce à des vidéos et photographies d’expéditions, des dessins ou même la découverte d’une fragrance naturelle typique, le visiteur en devient l’explorateur. Il part à la rencontre de ce milieu exceptionnel.

Le visiteur avance dans l’exposition, marchant entre de grandes images panoramiques, comme il le ferait dans les paysages de canyons et de forêts du Makay. Au fil de sa visite, il s’arrête au camp de base, s’envole pour découvrir des paysages vus du ciel, plonge dans la forêt malgache, à la nuit tombée, entouré des bruissements de la faune nocturne. L’ambiance sonore comme les grands formats participent au sentiment d’immersion dans un autre monde !

Couleurs dévoilées

A côté de cela, une autre exposition présentée aux mêmes dates, dévoile la couleur dans l’art africain qui depuis longtemps en Occident, a été dépouillé des accessoires, des tissus et des pigments qui les complétaient et leur donnaient un sens. Cette pratique consistait à débarrasser les statues de ce qui pourrait gêner la perception de leurs volumes en les représentant en noir. Il en a découlé une vision partielle de l’art africain, mettant l’accent sur ses qualités sculpturales et occultant ses qualités chromatiques. Cette exposition invite le visiteur à changer de regard !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.