Vivre dans la tempête

Le bonheur n’est pas l’opposé du malheur, mais permet d’en prendre conscience. Cela permet de dire que la pandémie actuelle, sous certaines conditions, peut être une chance, de cette crise d’une ampleur inconnue peut germer le meilleur.

Bascule civilisationnelle
Les épidémies font partie de l’histoire humaine, il y en a toujours eu au cours des siècles, desquelles l’homme est fier d’avoir pu triompher. Cette victoire amène parfois un changement de civilisation.

« Actuellement, nous sommes en période de chao, indique Boris Cyrulnik neuropsychiatre, au cours du forum Une Epoque Formidable, le lundi 12 octobre au Théâtre des Célestins, il est probable qu’une fois ce moment passé, une nouvelle organisation de certains secteurs se mettra en place ».  Il faut reconnaitre que les contraintes sociales sont durement affectées – port du masque, distanciation, salles de sport et bars fermés etc. – la situation est très dure, il risque d’y avoir de la casse à la sortie … il va falloir s’adapter !

Il en a été de même au cours des guerres du XXe siècle ; c’était le chao, les femmes ont pris les rênes et fait marcher la société. Cela a été un véritable changement, sans retour en arrière. Actuellement, l’horizon à court terme est assez obstrué. Le télétravail et les visioconférences résultent d’une avancée technologique formidable, mais l’écran n’est pas une personne humaine, il n’y a pas d’interaction entre les participants. Or c’est la rencontre avec l’autre qui apaise les tensions et permet d’avancer et d’avoir de belles aventures humaines ! Aujourd’hui le virus est toujours là, mais il est certain qu’il va s’assécher d’ici quelques années. Les dégâts provoqués permettront certainement de belles avancées !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.