Violence, un état latent

Tout le monde est concerné par le problème des violences conjugales, qui malheureusement n’exclue personne, quelle que soit sa classe sociale, ou sa religion. Violence sous toutes formes, verbales, physiques, psychologiques ou autre, la femme est minimisée.

Afin de tenir la société informée, et de la sensibiliser, l’association Filactions fait de la prévention et des manifestations publiques.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Avant tout, le faire savoir – Dans le cadre du Festival Brisons le Silence, elle a organisé le samedi 26 novembre, un rassemblement place de la République, afin de donner de la visibilité et de témoigner pour toutes ces femmes humiliées, dépossédées, insultées, giflées, violées, tuées, qui n’osent le faire. « Nous sentons que petit à petit, les victimes ont moins peur d’agir, indique la présidente Maryvonne Bin-Heng, nos actions les incitent à se révéler ». La société a plus de reconnaissance envers elle, police et gendarmerie accueillent plus facilement leurs plaintes, mais les décisions de justice laissent encore beaucoup à désirer.

« La société est encore très patriarcale et machiste, poursuit la présidente, une femme sur dix est victime de violence dans son couple ».

Il faut tout de même reconnaitre que depuis vingt-cinq ans, époque à laquelle les violences conjugales ont commencé à être prises en compte, il y a eu du travail accompli, mais que le chemin pour faire cesser ces abus est encore long.

Vous ne vous sentez pas en sécurité : faites le 3919, numéro d’information et de sensibilisation qui a reçu soixante-huit mille appels en 2015. www.filactions.org

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.