Un vieux monsieur en sursis

Le sanctuaire et l’orgue de Saint-Bonaventure sont un symbole laïc et civique au cœur de Lyon, en lien très étroit avec la vie de la cité.

Au secours ! – Installé en 1840, le plus gros instrument d’église en Rhône-Alpes, fort de trois claviers, un pédalier et quatre mille deux-cents tuyaux, est aujourd’hui vieillissant, malade et usé. Cependant, il est utilisé pour nombre de concerts. A ce titre, des partenariats ayant enrichi la vie de l’instrument en dehors de la liturgie, ont été noués avec le Goethe Institut, l’Institut Culturel Italien, et l’Institut Cervantes. « Il n’empêche que la dégradation se poursuit inexorablement » indique Michel Morlot, président de l’association Pour l’Orgue de Saint-Bonaventure.

La ville, propriétaire des lieux, a demandé des devis quant à sa rénovation pour laquelle il faut compter un minimum de six-cent mille euros, sachant que l’association pourrait en fournir environ 15%. Celle-ci souhaite que Jean-Dominique Durand, adjoint au Maire de Lyon, chargé du patrimoine, donne prochainement un accord de principe, d’autant que la Fondation du Patrimoine représentée par son président Jean-Bernard Nuiry, insiste fortement pour sa réfection.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Forte d’environ deux-cents adhérents, l’association appelle les lyonnais à venir la rejoindre, car « plus nous serons nombreux, mieux serons-nous écoutés par les pouvoirs publics » affirme le président.

La sonorité de l’instrument a été appréciée par les organistes du monde entier, il est urgent de le remettre en état afin qu’il continue à faire rayonner la cité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.