Une véritable renaissance

Après des difficultés sans nom, l’Hôtel de Nice place Carnot, a été acquis par la Métropole pour en faire un immeuble pour les familles. Les travaux ont commencé il y a quelques mois, et la première visite de chantier a eu lieu le vendredi 17 février.

Un projet en centre-ville
Vingt-trois logements sociaux répartis sur sept étages, vont donc voir le jour dans un bâtiment situé à l’angle de la place Carnot et du cours de Verdun. « A cet endroit bruyant, nous avons insisté sur le confort acoustique et sur l’épaisseur des façades dans lesquelles se logent des placards » indique l’architecte Clément Vergély. Il s’agit d’un renouvellement urbain, la ville se reconstruit sur la ville, car il est nécessaire de développer une offre de logements adaptés au territoire, à des prix abordables.
En 1983, Camille Georges, premier maire du 2e arrondissement avait pris des engagements pour construire avant la fin de son mandat un immeuble à la place de l’Hôtel de Nice qui n’était plus en exploitation. Il s’est heurté à un mur, le propriétaire espérant le mettre aux normes et repartir. Le deuxième maire, Albéric de Lavernée a repris le flambeau, et a beaucoup travaillé sur ce dossier, pour un résultat identique. En 2001, Denis Broliquier et son adjoint délégué à l’urbanisme, Bruno de Carbonnières ont poursuivis le travail de leurs prédécesseurs, et toujours la même obstination du propriétaire qui était furieux car l’immeuble était squatté. Puis la communauté urbaine s’est intéressée à ce projet et en plus de l’immeuble, elle voulait récupérer les deux garages qui le jouxtaient. « Il n’en est pas question, répondait le propriétaire, je gare ma voiture ici ». Les années ont passé, ce dernier a vieilli, puis est décédé, et sa succession a accepté de se dessaisir de l’immeuble et des garages.
« Ce projet nous satisfait pleinement, avance Denis Broliquier, les familles sont les bienvenues, nous en avons besoin, elles font la richesse de l’arrondissement ».
La livraison doit avoir lieu dans un an, en 2018, soit trente-cinq ans après le début des pouparlers !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.