Une langue vivante

La signature d’une chartre de coopération interrégionale et transfrontalière de développement de la langue franco-provençale entre Rhône-Alpes et le Val d’Aoste, a eu lieu le jeudi 28 mai à l’Hôtel de Région.

Cette langue, née de la latinisation qui a rayonné à partir de Lugdunum, très parlée jusqu’à la première guerre mondiale, est aujourd’hui menacée. Afin d’éviter sa totale disparition, outre cette chartre, une convention  existe entre la région et le rectorat. Primitivement à Lyon, le franco-provençal s’est développé le long des routes, il faut le préserver car il constitue un élément important de l’identité rhônalpine. « Rhône-Alpes souhaite s’inscrire dans la diversité linguistique, véritable patrimoine culturel qui a façonné notre région, avance Jean-Jack Queyranne, gardons et valorisons notre langue régionale. »

Cette signature est une volonté des deux partis d’agir en faveur de cette langue qui peut être un facteur de développement. Avec cette chartre, le cadre est posé, il faut maintenant le remplir.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.