Une brique des mobilités

Le covoiturage s’inscrit dans la politique globale menée par la Métropole, aussi la troisième gare de la ville, après celles de Vaise et du Musée des Confluences, a-t-elle été inaugurée quai Gailleton, le mercredi 24 novembre.

Une alternative pratique

Il n’est pas possible de laisser une voiture à cet endroit, aussi le covoitureur doit-il venir à son point de rendez-vous à pied, en vélo dont le stationnement n’est pas prévu, ou en transports en commun. Les personnes peuvent également se positionner, et attendre qu’une voiture accepte de les prendre, grâce à la technologie en place.

« Le covoiturage permet de partager les coûts, et de diminuer la pollution, assure Bruno Bernard président de la Métropole, c’est du gagnant-gagnant ». Et de préciser qu’il est l’une des façons de lutter contre l’encombrement de l’espace public.

Mais cette station ne convient pas aux riverains, car elle entraine la suppression de soixante-quinze places de stationnement, et que tous les habitants de la presqu’ile n’ont pas les moyens de payer un parking. « Depuis les années 2000, le stationnement de surface a diminué de 30%, soutient Bernard Colombaud président du Comité d’Intérêt local Centre Presqu’ile, et ça continue invariablement ! ».

Pour accéder à cette gare, un passage piétons et un feu vont être mis en place sous peu, au niveau de la rue Franklin.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.