Un vrai souci

Les logements sociaux sont très sollicités, d’autant plus en cette période de crise qui complique beaucoup de choses.

La file d’attente s’allonge

En effet, outre la demande croissante – soixante-dix mille demandes de logement social dans la Métropole en 2020 pour sept mille cinq cents attribués – les bailleurs sociaux ont constaté une augmentation des loyers impayés, à partir de l’été et de la rentrée 2020. Lyon Métropole Habitat, principal bailleur social du territoire avec vingt-sept mille cinq cents logements, fait savoir qu’il a eu un million supplémentaire d’impayés en 2020 par rapport à 2019, bien que plus de la moitié des locataires touchent les APL (Aide personnalisée au logement), qui font office d’amortisseur social. Chez Est Métropole Habitat, il y a un tiers d’impayés. « Maintenant, la question est de savoir comment allons-nous accompagner les ménages pour les aider à entrer dans les dispositifs d’accompagnement et d’aide » s’interroge Céline Reynaud directrice de ce dernier bailleur.

La crise sanitaire et les restrictions actuelles ont également des conséquences sur les relations de voisinage du fait de la dégradation du moral de certains locataires. La fatigue générale conjuguée à une fragilité sociale mais aussi psychologique et économique de certains foyers, incitent à une moins grande tolérance de l’autre. Notamment chez les personnes âgées confrontées à la solitude et à des difficultés pour sortir de chez elles. « Nous avons passé de nombreux appels à nos ménages de plus de 65 ans, de façon à maintenir un lien social dans la journée ou dans la semaine. » déclare Mireille Ducarre-Dubouis, directrice du département Services aux clients de Lyon Métropole Habitat. Quoi qu’il en soit, les bailleurs confirment qu’ils expulsent très peu, car ils prennent en compte les situations des ménages.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.