Un destin singulier

Il y a un peu plus de 2 000 ans, en 10 av.J-C, naissait à Lyon Tiberius Claudius Drusus, fils de Drusus l’Aîné et d’Antonia la Jeune. En dépit de son appartenance à l’illustre famille impériale julio-claudienne, Claude n’aurait jamais dû régner sur le vaste empire romain. Le destin en a voulu autrement car, 51 ans plus tard … il était empereur !

De grandes réalisations

Claude pâtit aujourd’hui encore du portrait peu flatteur transmis par la littérature antique et repris dans l’imaginaire populaire moderne. Décrit comme un être faible, influençable, diminué physiquement et intellectuellement, son image souffre aussi de la « sulfureuse » renommée de ses troisième et quatrième épouses, Messaline et Agrippine, et du destin tragique de son fils Britannicus. Depuis peu cependant, les chercheurs et les historiens restituent la figure d’un homme cultivé, bon gestionnaire, promoteur de réformes administratives efficaces pour l’empire et soucieux de son peuple.

Lorsque l’empereur Caligula eut été tué par Chéréas, les soldats, trouvant Claude tremblant dans un coin, le proclamèrent empereur en l’an 41. Il entra dans son rôle avec une fermeté inattendue. Déjouant les intrigues, il fit périr Chéreas, puis accorda une amnistie. II gouverna bien avec ses affranchis Calliste, Pallas, Narcisse et Polybe, qui remplirent l’Administration de gens de leur classe.

Des lois humaines furent promulguées en faveur des petits et des faibles. La police de Rome fut assurée, le commerce des grains bien réglé. Les provinces eurent une administration vigilante et libérale. Claude élargit l’accession au droit de cité et prononça à cet effet, à Lyon en l’an 48, un discours important, relatif à l’admission des Gaulois au Sénat romain en partie conservé, gravé sur des plaques de bronze, dites Table claudienne.

Tolérant pour tous les cultes, il sévit cependant contre les druides, hostiles à Rome, il noya dans le sang les conspirations républicaines et les tentatives d’usurpation La Bretagne fut conquise par Claude en personne (43) qui prit le surnom de Britannicus. Le Rhin fut franchi et la colonie d’Agrippine (Cologne) fondée, la rive droite du Danube pacifiée. L’Orient vit l’Arménie reconquise, la Thrace réduite en province. En Afrique, la conquête de la Maurétanie fut achevée.

Après treize années de règne, il fut empoisonné par Agrippine, sa quatrième épouse !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.