Un avenir incertain

Haut lieu de la musique à Lyon, la salle Rameau, qui depuis 1908 a vu passer nombre de grands artistes et résonné de mille notes, doit fermer ses portes en juin 2017.

Lieu de mémoire – Fondée à l’initiative de Georges Martin Witkowski (1867-1943), compositeur à la tête du futur Orchestre National de Lyon, qui obtient de la ville qu’elle construise une grande salle dédiée à la musique symphonique, la salle Rameau abritera répétitions et concerts durant plusieurs décennies.

Cette éminente personnalité parvient à convaincre le maire Édouard Herriot, de donner un terrain situé dans le 1er arrondissement, les frais d’édification étant partagés entre de nombreux souscripteurs privés, sachant que la Ville conservera la propriété des murs et assurera l’exploitation de la salle dont la gérance est confiée à la Compagnie Immobilière du 1er arrondissement.

Cette salle dédiée à la musique symphonique, où techniques innovantes – structure métallique et béton armé – jouxtent des formes et motifs traditionnels, est édifiée en à peine un an dans le style Art nouveau. Elle sera inaugurée le 8 novembre 1908, et devient rapidement un haut lieu de la musique lyonnaise où se produisent les plus grands noms du classique et de l’opéra.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Héritage à ne pas brader – Cet écrin architectural a depuis des années, accueilli musique, théâtre et conférences, de nombreux artistes ont ainsi pu se produire dans un format idéal de huit cent cinquante places, et dans un cadre exceptionnel. Nombre de spectateurs ont été émerveillés, par la verrière, l’absence de piliers dans la salle, la prolifération de bas-reliefs et de mosaïques et l’auvent de style Art nouveau !

Il est important de rappeler que la Salle Rameau a été construite grâce à la générosité des lyonnais, réunis dans la  Compagnie immobilière du 1er arrondissement, la Ville de Lyon se contentant pendant un siècle de mettre à disposition le terrain, avant d’en devenir propriétaire et gestionnaire.

« Depuis quelques mois, nous savons que cette salle doit être réhabilitée ou reconvertie, indique Nathalie Perrin-Gilbert maire du 1er arrondissement, la rumeur prévoyant des logements, bureaux ou commerces, ceci sans aucune concertation ». Courre aussi l’hypothèse d’une nouvelle salle de spectacle privée.

En tout état de cause, la salle Rameau doit faire l’objet d’une cession, mais il est difficile d’en savoir plus pour l’instant. L’intérêt patrimonial de ce bâtiment semble toutefois interdire sa destruction. Nathalie Perrin-Gilbert refuse que le patrimoine culturel de la Ville de Lyon soit cédé : « Nous ne voulons pas d’une ville aux mains des intérêts privés, et invitons les habitants à se mobiliser ».

Haut lieu de la mémoire musicale, architecturale, et urbanistique de Lyon, la salle Rameau ne saurait être fermée, ou mise en vente, sans que soient pris en compte son caractère patrimonial ainsi que sa taille intermédiaire adaptée aux besoins de multiples compagnies artistiques.

Sa mise en protection parait donc nécessaire, afin que le passé puisse servir les générations actuelles et à venir.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.