Tissu économique correct

La Banque de France a, le mercredi 5 janvier, dressé un bilan de l’année écoulée, et fait quelques prévisions pour 2020.

Optimisme de rigueur 

2019 a été une année perturbée, mais finalement pas trop mauvaise, la France et la région n’ont pas mal résisté. Cependant il y a eu un ralentissement de la croissance et une diminution du commerce mondial, dus aux tensions entre la Chine et les Etats-Unis, aux difficultés de l’Allemagne, à l’incertitude du Brexit et à l’évolution des pays émergents.

La demande intérieure est assez forte en France, mais la balance du commerce extérieur est négative. « L’abondance du crédit est très bonne, mais attention, prévient le directeur Christian Jacques Berret, il ne faut pas que cela se transforme en bulle, les banques doivent rester prudentes ».

En Auvergne-Rhône-Alpes la richesse, la diversité et la variété des activités permettent une croissance dans un contexte chahuté (+ 2,9%) qui se répartit en trois secteurs.

D’abord l’industrie dont la croissance est modérée (+1%). Certains secteurs sont en recul alors que d’autres comme l’électronique ou l’électricité performent.

La région se distingue par son dynamisme dans le secteur des services ; la croissance des effectifs a parfois du mal à être satisfaite. Puis dans le BTP où tous les voyants sont au vert, seul un manque de main d’œuvre se fait sentir.

Pour 2020, les perspectives sont moyennes. Le secteur industriel devrait s’améliorer, les services rester stables et le BTP avoir une évolution modérée.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.