TEOM en question

Le tri des ordures ménagères augmente et le recyclage également. La ville dément ce qui a été dit par certaines associations comme Canol ou l’UNPI, qui se sont élevées contre le produit de la TEOM

 

Deux visions – « La Taxe d’Enlèvement des Ordures ménagères n’est pas supérieure au coût du service, soutient Thierry Philip élu chargé de la gestion des déchets à la Métropole, nous avons peu d’excédent » Cette taxe est de quatre-vingt-onze euros par habitant en 2014 ce qui positionne Lyon à la trente-et-unième place sur quarante-trois parmi les agglomérations de plus de deux cent mille habitants. La moyenne des autres est de cent quinze euros, et s’élève à cent quatre-vingt-dix-neuf à Paris.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il précise que les dépenses sont supérieures de plus de vingt millions d’euros aux recettes, mais que la différence est couverte par la valorisation des déchets qui rapporte trente-cinq millions d’euros, soit un différentiel de onze millions auxquels il faut soustraire d’autres dépenses comme le nettoyage des marchés ou celui des corbeilles de propreté.

La Métropole sera en 2015, dans une limite qualifiée de raisonnable puisque avec la loi de finance autorisant jusqu’à 15% de dépassement, elle sera à moins de 3 %.

Il faut également tenir compte du fait que les déchets ne sont plus seulement des ordures, ils permettent à la Métropole de créer des emplois, cependant comme le relève Emeline Baume conseillère municipale « La transparence laisse à désirer ».

De son côté, Canol n’en démord pas, et s’élève contre le vote de la Métropole du 21 mars qui a approuvé les taux de TEOM pour 2016, qui d’après l’association générera de nouveau un excédent de plus de 50 millions d’euros.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.