L’aube derrière les ruines

Beaucoup de monde sur la place Antonin Poncet, le mardi 24 avril, pour la commémoration du génocide arménien de 1915. Ne pas rester les bras croisés Ils étaient des milliers, vêtus de guenilles, trainant les pieds dans la poussière, tête baissée, nargués par les turques, tels des brebis et des agneaux confrontés à des loups…