Symbole de l’humanité raflée

Animée par les Petits Chanteurs de Saint-Marc, et en présence de plusieurs écoles, l’inauguration du Mémorial rendant hommage aux enfants d’Izieu situé place Carnot, a eu lieu le lundi 8 avril.

Flamme sacrée

Le 6 avril 1944, l’espoir pour un avenir meilleur s’est arrêté, pour ces quarante-quatre enfants juifs, lorsque les pas de Klaus Barbie se sont fait entendre. Ces enfants qui vivaient dans un relatif isolement, ne demandaient qu’à retrouver leurs parents, mais ce jour-là ils ont quitté à jamais Izieu. D’abord pour être enfermés à Montluc, puis à Drancy, avant de rejoindre Auschwitz où ils ont tous péri, seul un adulte les accompagnant est revenu.

Primitivement installée dans le 7e arrondissement, cette stèle a été profanée en 2017, d’où la décision de la municipalité, de l’installer dans la presqu’ile, place Carnot, face à la gare Perrache  d’où sont partis les enfants.

« L’antisémitisme ronge notre société depuis des siècles, lance Gérard Collomb maire de Lyon, jamais il n’aura de place dans notre cité ». La rafle d’Izieu représente une page noire de l’histoire, le martyr de ces enfants est l’incarnation du crime contre l’humanité.

L’œuvre de justice a pu s’accomplir, grâce à Serge et Béate Karlsfeld, anciens déportés, auxquels a été remise la Médaille de la Ville de Lyon, qui durant leur vie, n’ont cessé de faire des recherches, et ont retrouvé Klaus Barbie qui a ainsi pu être remis à la justice et condamné.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.