Stop au massacre du centre-ville

S’il existe un carré d’or dans la presqu’ile où les commerces sont florissants, il n’en est pas de même pour le carré nord, de Saint-Nizier aux Terreaux où la situation est préoccupante.

Confiance largement ébranlée

En effet, dans ce quartier du centre-ville, des boutiques chiques sont parties plus au sud, pour laisser la place à des commerces alimentaires. « La paupérisation de la place des Terreaux est hard, indique Carole Château patronne de la Papéthèque rue Edouard Herriot, SDF, violence, alcool,  drogue sont le quotidien, et la police municipale n’intervient pas ».  Elle se demande si elle attend qu’il y ait un accident grave pour réagir ! Ces commerces alimentaires qui augmentent de façon exponentielle, entrainent une vague de clochardisation, les chiffres d’affaire diminuent. « Nous ne nous sentons plus en sécurité » poursuit-elle.

D’autre part, trois écoles ont disparu depuis un an, Lévi-Strauss, la Tour Pitrat et le cours Pascal, ce qui est mauvais pour la vie du quartier.

Il y a un manque de volonté politique. S’il n’y a pas une prochaine intervention de la ville, les commerçants indépendants ont peur de tous disparaitre. « La rue est mal fréquentée, avance Muja Lindita de Salamender, nous souffrons vraiment mais la municipalité ne semble pas être concernée ».

Les commerçants souhaitent que l’association manager du centre-ville Tendance Presqu’ile vienne les aider, et soit leur porte-parole auprès de la ville.

contact: lyon-presquile@orange.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.