Sonnette d’alarme

Les acteurs du tourisme et particulièrement les cafés, hôtels et restaurants appellent à un nouvel étalement du remboursement des Prêts garantis par l’État (PGE) afin que la France reste la première destination touristique mondiale.

Investir malgré les dettes

Ces PGE ont été d’une grande efficacité, mais les établissements se retrouvent face à un mur de dettes, d’autant que les affaires ne sont pas mirobolantes actuellement, un sur deux indique ne pas pouvoir rembourser. Dans leur majorité les restaurants constatent une diminution de leur chiffre d’affaires, et il en est de même pour tout le secteur touristique. Aussi, la Confédération des Acteurs du Tourisme (CAT) demande-t-elle que le commencement des remboursements soit repoussé au printemps 2023, et que celui-ci soit étalé sur dix ans, contre six actuellement, car il peut représenter un quart du chiffre d’affaires des entreprises où les marges dépassent rarement 5%, remboursement qui risque d’être particulièrement difficile pour un grand nombre.

D’autre part, ce mur de dettes freine les investissements pourtant nécessaires pour chacun, pour ne pas laisser flancher la destination France et Lyon en particulier. « Il est certain que les remboursements seront faits au détriment des investissements, et que si les entreprises investissent, elles ne pourront plus rembourser, ou alors il y aura de la casse » lance le président Roland Héguy. Il y a donc un juste équilibre à trouver afin de maintenir l’attractivité du pays.

contact: lyon-prequile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.