Soirée de proximité

Quelques trois cents personnes ont participé au « Grand Débat » organisé par la mairie du 2e le mardi 12 février à l’Université Catholique, dont l’objectif était de donner la parole aux habitants de l’arrondissement de toutes opinions et de toutes sensibilités ; chacun pouvait s’exprimer sur l’un des quatre sujets nationaux.

Parole libre et constructive

Certes beaucoup d’idées ont été émises, desquelles il ressort quelques thèmes à retenir.

Sur le premier point, la Transition écologique, le gouvernement est frileux et manque de courage dans ce domaine. La disparition de certaines espèces devrait inciter à plus de vigilance. Le ferroutage et le transport fluvial, ainsi que les véhicules propres seraient un début. « Si on ne fait rien, la fin du monde est proche » clame un participant !

Pour la Fiscalité et les dépenses publiques, l’Etat devrait montrer l’exemple en diminuant son train de vie, puis en diminuant également la dépense publique. Il y a beaucoup trop de taxes dans tous les domaines, et l’impôt est inégalitaire. La moitié des français ne paient pas d’impôt sur le revenu, or tous devraient être assujettis à cet impôt, même de quelques euros, car tous bénéficient des fruits qu’il apporte : écoles, routes etc.

En ce qui concerne la Démocratie et la Citoyenneté, la prise en compte des corps intermédiaires, syndicat, associations, qui permettent de faire vivre la démocratie, est nécessaire. Aujourd’hui à Lyon ce n’est plus le cas comme l’ont indiqué certains présidents d’associations. « Cette crise vient du fait que nous perdons nos libertés, nos idées ne sont pas considérées, et nous devons toujours plus payer ! » indique l’un d’eux. Les retraités doivent également être pris en compte, car ils sont loin d’être tous des nantis, bien au contraire.

Concernant l’Organisation de l’Etat et des services publics, il y a beaucoup à dire. Pour certains, le gouvernement devrait se recentrer sur ses fonctions régaliennes. Il a donné des compétences aux collectivités, qu’il les laisse agir ; alors que d’autres demandent plus d’Etat et de services publics pour contribuer au bonheur social ! Ensuite l’organisation générale est à revoir « Beaucoup de fainéants, professionnels du chômage, profitent du système, relève un africain venu en France, moins d’aides les obligeraient à aller travailler ». Ensuite le système de santé continue de se dégrader, il n’y a plus assez de médecins, il faut revoir cela d’urgence.

Bref, chacun a pu apporter sa pierre à l’édifice, et comme l’a conclu le maire Denis Broliquier, « La balle est désormais dans le camp du Président de la République ! ».

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.