Situation d’urgence

Le collectif AMIE qui soutient les mineurs isolés non accompagnés a au cours du conseil d’arrondissement du 1er, du mercredi 12 septembre, interpellé le maire de Lyon et le président de la Métropole, sur ce sujet « explosif ».

Pas à la hauteur du problème

Dans les pentes de la Croix-Rousse, il y a actuellement une cinquantaine d’enfants qui dorment dehors, et sont des cibles potentielles pour les mafias locales. Face à cette situation, la mairie du 1er a mis une salle à disposition durant l’été jusqu’à fin août. « Aujourd’hui, indique Serges Brézins rapporteur du collectif, nous nous débrouillons pour qu’ils aient un minimum de ressources, mais aimerions savoir quelles dispositions la Métropole compte-t-elle prendre ».

Emeline Baume, conseillère d’arrondissement relève tout de même que depuis un an il y a eu une évolution côté Métropole, avec la mise à disposition de lieux et l’augmentation du budget attribué. « Certes cela n’est pas encore suffisant, précise-t-elle, mais c’est déjà un plus ».

Ces mineurs arrivent dans les grandes villes, mais l’Etat ne facilite pas leur accueil sous le prétexte que cela créerait un appel d’air ! Il faut tout de même considérer qu’au-delà des valeurs de solidarité et d’humanité, il y a la loi qui dit qu’un mineur doit être pris en charge et mis à l’abri immédiatement. Certes, Lyon accueille des migrants mineurs, mais ne met pas les moyens financiers nécessaires en face. De ce fait, souvent leur minorité n’est pas reconnue, et peu d’attention leur est portée.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.