Savoir tendre la main

L’association Donner la main Don de soi, qui se démène et fait des propositions pour héberger les personnes sans abri, et les sortir de la misère, a été reçu jeudi 16 par Xavier Inglebert Préfet délégué à l’égalité des chances, et vendredi 17 février par le maire de Lyon, et il a été écouté.

Les collectivités s’engagent
Face à la situation actuelle, l’Etat ne reste pas les bras croisés, il investit soixante millions d’euros par an pour l’hébergement. Cinq mille cinq cents personnes ont trouvé asile depuis quinze jours, et huit mille en janvier quand il faisait si froid. Face à cette situation, le président de l’association Jean-Marc Roffat propose d’ouvrir de nombreux espaces, entreprises, lieux de culte. « L’Etat pourrait soutenir et aider ceux qui tendent la main à tous ces malheureux, indique-t-il, en allégeant les charges des entreprises et en diminuant les impôts des particuliers devenus familles d’accueil ».
De son côté, le préfet a envisagé la création d’un réseau d’ambassadeurs mandatés par la préfecture, qui feraient le lien entre les sans-abri et les entreprises, non seulement pour l’hébergement, mais aussi pour leur trouver du travail, car ils souhaitent s’en sortir – Grégory voudrait travailler dans un centre d’appel, Moïse dans l’horticulture, Julie dans la restauration et David dans le bâtiment. – « Avant tout, il faut que quelqu’un nous fasse confiance ». Jean-Marc Roffat a immédiatement répondu au préfet qu’il se propose pour être le premier ambassadeur « Je veux aider et trouver une solution pour nos amis de la rue ! ». La région a également apporté son soutien aux projets de l’association.
Côté mairie, les résultats sont plus mitigés. L’association a été reçue par deux collaborateurs de Gérard Collomb qui ont été intéressés surtout par ce qui ne concernait pas la ville et n’ont rien proposé. « J’aurais eu cet entretien avec le maire lui-même, peut-être aurait-il été plus productif » relève Jean-Marc Roffat en précisant que la porte n’est quand même pas fermée.
Etat, collectivités et associations doivent se donner la main afin de sortir ces familles et ces exclus de la rue. « Nous, petite association, commençons à être entendus ! »

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *