Sans abri mais pas sans foyer

L’action du Foyer Notre-Dame des sans-abri  (FNDSA) s’inscrit dans un contexte à la fois local, national et international, car la précarité est un enjeu majeur des temps actuels, à Lyon, en France et ailleurs.

Donner confiance

Bien que les capacités d’hébergement des personnes à la rue aient augmenté de 75% en cinq ans, la demande est toujours croissante. « C’est en rassemblant nos forces que nous trouverons des issues aux problèmes qui sont devant nous, indique Georges Képénékian maire de Lyon, lors de l’Assemblée Générale du FNDSA, le mardi 29 mai à l’Hôtel de Ville, nous avons besoin de penser le monde autrement ». En effet, Lyon est une porte d’entrée importante pour les réfugiés.

Le Foyer est un acteur capital dans les domaines de l’hébergement et de l’insertion. Il accueille en moyenne mille deux cents personnes par nuit, sert quatre cent cinquante mille repas à l’année et reçoit plus de trente-sept mille passagers en accueil de jour. « Les clés de la réussite sont dans une prise en charge globale des individus » assure le président Dominique Mentré. Le Foyer s’occupe de trouver des hébergements, puis tente de réinsérer ces personnes d’abord en leur apprenant la langue, puis par l’école et le travail. Les personnes sans-abri, qui sont parfois des familles, ont souvent, du fait de leur situation, des problèmes de santé physique et mentale, il s’agit alors de les guider vers un service de soins.

Le public évolue du fait des migrations. L’attentisme au niveau national est un problème grave – hébergement en fonction du statut et non de la situation de détresse –  car ceux qui paient ce sont les personnes qui vivent dans la rue. Beaucoup font appel au 115, mais beaucoup ne le font pas. « Nos missions deviennent de plus en plus difficiles, assure le président, car de plus en plus de passagers sont sans solution, la misère va croissante ». Le Foyer poursuit ses actions au jour le jour, en essayant d’inventer et d’innover.

Chaque acte contribue à un bien qui nous dépasse

Le FNDSA ne ferait pas grand-chose sans les quelques mille trois cents bénévoles qui se dévouent sans relâche. Ils sont un bien précieux et représentent un équivalent de presque huit millions d’euros ! Ils savent garder la capacité de sourire, même quand ils sont face à des situations difficiles. « Il est nécessaire de garder la vertu d’espérance chevillée au corps, avoue l’un d’eux, il faut toujours remettre sur le métier afin de poursuivre sa mission ».

Accueillir, héberger, accompagner et insérer résume celles du Foyer qui aujourd’hui doit répondre dans l’urgence et se préoccuper de savoir qui sont les passagers, et ce qu’ils peuvent faire. Les bénévoles doivent être sur tous les fronts, spécialement l’hiver lorsque des places supplémentaires sont ouvertes. Dans tous les cas chacun reste à sa place et tente de lancer de nouveaux projets dans une diversité d’opinions qui permet à la cause qui les préoccupe d’avancer.

« De toute manière, les passagers donnent son âme au foyer, insiste le président, ce sont des gens ordinaires qui peuvent être extraordinaires ! ».

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.