Retour cours Charlemagne

Depuis le printemps, la ville et la métropole expérimentent la piétonnisation du cours Charlemagne, entre le quai Antoine Riboud et la rue Montrochet. Cette période de test qui arrive à son échéance, a permis de recueillir les avis des usagers, habitants, salariés et visiteurs, qui ont été dévoilé au cours d’une réunion publique à la Maison de la Confluence, le lundi 18 octobre.

Meilleure cohabitation des flux

Au regard de l’arrivée du T2 à la Confluence, le fonctionnement de carrefour Charlemagne-Montrochet allait être complexifié, le T2 le traversant, ce qui allait provoquer des difficultés de circulation supplémentaires. Cette fermeture du cours Charlemagne sur quelques centaines de mètres, permet une meilleure cohabitation entre les vélos qui roulent sur la chaussée, les piétons qui restent sur le trottoir, alors que cette dernière leur est ouverte et le tram. Mais attention aux scooters qui empruntent cette voie qui leur est interdite !

Il ressort une amélioration générale, avec une nouvelle ambiance, et de nouveaux usages. Pour plus d’ombre et de fraîcheur, une cinquantaine d’arbres ont été planté place François Mitterrand, et au bord de la darse, ce qui attire les promeneurs ; le mobilier installé a été souligné très positivement. « Cependant, au vu de l’enquête, il y a encore des améliorations à apporter pour mieux partager l’espace » souligne Laurence Boffet vice-présidente de la Métropole.

Les flux de circulation se reportent quai Perrache et dans les rues adjacentes, ce qui ne convient pas aux habitants qui considèrent cela comme une nuisance. Il passe deux mille véhicules par jour rue Smith, et treize mille quai Perrache où beaucoup de voitures tournent à gauche. Et sur ce quai qui vient d’être refait, aucune voie n’est prévue pour tourner à gauche, d’où des bouchons quasi permanents ! « Hormis cela, tout va bien, indique Fabien Bagnon, vice-président de la Métropole chargé des mobilités, notre objectif est de limiter la circulation pour améliorer le cadre de vie ! ».

L’apaisement du cours Charlemagne est une réalité, mais ce sont les rues adjacentes et le quai Perrache qui en font les frais. « Aux heures de pointe tout est bouché, témoigne une habitante, c’est pire qu’avant, le piéton est le dernier maillon de la chaine ».

Pour la Métropole, cette enquête révèle un fort consensus des habitants pour poursuivre dans le même sens, mais avec encore des améliorations.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.