Retour à la Renaissance

A l’occasion de son trentième anniversaire, l’association Lugdunum Florencia a accueilli le vendredi 25 mai à l’Hôtel de Ville, les descendants des grandes familles italiennes qui ont fait la renommée de Lyon au XVIe siècle. Ces Italiens attirés par la prospérité lyonnaise en ce début de la Renaissance ont en même temps beaucoup contribué à celle-ci par leur dynamisme et leur sens des af faires.

Relations très anciennes

Dès l’époque romaine, de très beaux monuments, constituant une partie du patrimoine lyonnais, ont été construits à Lyon. Mais c’est surtout à la Renaissance avec le développement de la soie et de la faïence, que les relations se sont accrues. Le XVIe est à Lyon, l’apogée de la présence italienne, qui a apporté de nombreuses connaissances humanistes et architecturales, le Vieux Lyon est d’ailleurs marqué par la Renaissance italienne. « La richesse et l’ancienneté des échanges sont maintenus par Lugdunum Florencia qui joue un rôle majeur pour assurer de bonnes relations entre Lyon et la Toscane » indique Jean-Dominique Durand, adjoint au patrimoine et à la mémoire. Lyon fille de Rome et sœur de Florence doit beaucoup à cette dernière qui lui a permis de se forger une identité.

Familles influentes

Les Gadagne (Guadigni)  nom bien connu à Lyon du fait du musée, ont prospéré puis réalisé un certain nombre d’acquisitions et se sont intégrés dans la région. Le premier à venir s’installer à Lyon est Thomas Gadagne, attiré par les quatre foires annuelles. Il a particulièrement réussi dans la banque, le négoce des tissus et  des épices au point de devenir une des plus grandes fortunes du Royaume de France. Son successeur Thomas, en tant que membre du Consulat (le Pouvoir municipal d’alors) a joué un rôle actif dans l’implantation de l’industrie de la soie à Lyon. Un autre a été sénéchal de Lyon et a participé aux guerres de religion. Leur chapelle où ils étaient inhumés se trouvait à l’intérieur de l’église Notre Dame de Confort, aux Jacobins.

Quant aux descendants actuels des Gadagne, on en trouve en Italie, ainsi qu’au Canada et aux Etats Unis, notamment à Denver d’où sont venus ceux qui ont été reçus à Lyon.

Les Gondi sont des banquiers reconnus à Florence, Le premier à venir en France en 1505 est Antoine Gondi, marchand-banquier qui va épouser l’année suivante la fille d’un collecteur d’impôts et administrateur du roi. Son influence va alors devenir grandissante, il prend part à la vie politique tout en se mettant au service du roi et de l’Eglise, et est nommé receveur des domaines du roi, puis rejoint la cour.

Parmi ses dix enfants, Albert sera duc de Retz et Maréchal de France et Pierre deviendra le Cardinal de Retz pair de France. La branche donnera quatre évêques à l’Eglise, et quatre ducs à la France mais va s’éteindre en France en 1716, mais elle existe toujours en Italie d’où est venu l’hôte reçu vendredi.

Dès le milieu du XVème siècle, plusieurs personnes de la famille Capponis’établissent à Lyon pour des périodes plus ou moins longues en fonction de leurs affaires liées à la banque et au commerce. Laurent Capponi, né à Florence en 1502, s’installe définitivement à Lyon en 1530 avec son frère Pierre. Ils fondent leur propre banque à l’angle des rues actuelles de la Loge et de Gadagne. Elle jouira d’une autorité incomparable et cautionnera le trésor royal à plusieurs reprises ; Laurent Capponi a habité, d’abord montée du Garillan sur un tènement qui jouxtait celui des familles Gadagne et Gondi, puis, en 1566, il a acquis la maison de la Croix Verte sur la colline de la Croix-Rousse. Naturalisé français en 1553, il épouse une demoiselle Gadagne en 1556, puis reprend l’activité bancaire de la famille. Ses affaires sont prospères, et sa charité l’incite à nourrir un grand nombre de pauvres et d’indigents. Ses descendants quitteront Lyon pour aller dans le Forez, mais l’hôte de vendredi est venu d’Italie.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.