Rétablissement d’une vérité historique

Afin de faire mémoire d’un passé douloureux, et de construire l’avenir avec audace, la plaque au texte erroné, située sur le mur de l’Université Catholique, 33 cours Suchet, a été changée et dévoilée le lundi 12 septembre, afin de rétablir la vérité.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Cette rectification demandée depuis 2004, a été prise en main par la Catho et son recteur Thierry Magnin, lorsqu’ils sont arrivés sur le site il y a tout juste un an. « Les enseignants apprennent la rigueur aux étudiants, il est manifeste qu’ils ne pouvaient conserver une plaque mensongère » relève Jean-Dominique Durant adjoint au maire de Lyon délégué aux anciens combattants.

Il s’est passé des ignominies derrière les murs de la prison Saint-Paul. Le régime de Vichy et les collaborateurs ont commis l’irréparable, particulièrement en faisant la chasse aux enfants et aux vieillards. En 1944, cinquante-et-une personnes furent exécutées par des français, et de nombreuses envoyées dans les camps. « Des hommes et des femmes sont morts pour que nous vivions libres » assure le représentant du préfet Jean-Louis Amat. La démocratie ne peut vivre sur des mensonges.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.