Reprise exigeante

Tout au long de ces derniers mois, les banques ont été très réactives, car il ne fallait pas que la crise économique se double d’une crise financière. Elles ont dû alimenter l’économie.

Rétablir la confiance

Ceci pour protéger les entreprises par l’intermédiaire des banques et des marchés et aider les ménages ; le chômage partiel a globalement maintenu les revenus. L’Etat a fait vite et fort ! Auvergne-Rhône-Alpes a eu sa part de financements.

Après ce choc imprévisible et d’une ampleur particulière, la reprise, très forte après le confinement, se poursuit mais sur une pente plus douce. « Il faudrait maintenant passer à un système de reconstruction et d’investissement pour recommencer à créer des emplois » assure Christian-Jacques Berret directeur régional de la Banque de France, lors de sa conférence de rentrée, le mercredi 30 septembre.

Les économies forcées des ménages – cent milliards d’euros – du fait de la non-consommation durant le confinement pourraient être mises au service de l’investissement et de la formation, ce qui éviterait le chômage prévisible pour demain. Ainsi, l’activité devrait retrouver son niveau normal début 2022 ! La chute a été brutale, mais le redressement est plus rapide que prévu, au troisième trimestre, les différents secteurs reviennent à 90%, vers la normale. Cependant les carnets de commande sont encore trop courts, la demande n’est pas encore totalement revenue.

Une chose est certaine, ce choc économique laissera des traces !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.