La Renaissance du Musée des Tissus

Depuis trois ans, lorsque la Chambre de Commerce a annoncé qu’elle ne pouvait plus, faute de moyens, s’occuper de la gestion et financer le Musée des Tissus, la question de sa poursuite ou de sa fermeture était sur la table, et les échéances repoussées.

Changement de propriétaire

A un moment il faut que cela cesse. La réunion de la dernière chance du vendredi 6 octobre ayant été un échec, Emmanuel Imberton Président de la CCI a dû prendre ses responsabilités. Après une série de contacts initiés durant le week-end, il a été entendu avec la Région que les différents partenaires, afin de faire revivre ce musée, se passeraient du concours de la Ville de Lyon et de la Métropole.

« Je n’ai pas voulu négocier l’éclatement du musée mais ai préféré qu’il reste dans son écrin actuel » précise Emmanuel Imberton. Aussi la Région et la CCI financeront-elle la part des deux collectivités réfractaires.

La CCI cède à la Région, pour un euro symbolique, les bâtiments de la rue de la Charité, les Hôtel de Villeroy et Lacroix-Laval, à charge pour elle de les remettre en état. La Région qui a toujours été présente dans les politiques culturelles de son territoire, devient ainsi le chef de file de ce projet.

Souffle et ambition

« Fermer, abandonner, renoncer était le choix de la facilité, indique Laurent Wauquiez président du Conseil Régional, nous avons choisi une autre voie, car on ne peut faire rayonner Lyon en la coupant de ses racines ». Ce lieu de tradition qui renferme quatre mille ans d’histoire textile de toutes les civilisations incarne à la fois un esprit créatif et industriel. La fermeture ne pouvait être acceptée, en témoignent les nombreux soutiens populaires et municipaux qui sont venus appuyer cette affirmation.

« Jusqu’au bout, nous avons tendu la main à la ville et à la métropole, mais nous sommes aperçu qu’elles souhaitaient fermer ce musée pour faire de la spéculation immobilière sur le site, précise Laurent Wauquiez, cette réaction de leur part est incompréhensible ».

Il est temps que la comédie cesse, le musée va désormais se tourner vers l’avenir, s’ouvrir à l’extérieur et à l’international, reconcevoir la présentation des collections, créer un lieu d’évènementiel, bref, devenir un grand lieu culturel de prestige. Pour ce faire, des travaux de rénovation pour un budget de trente millions d’euros vont être entrepris en 2019 et 2020, sachant que la région met dix millions, l’Etat cinq, et Unitex un. Pour le reste, Laurent Wauquiez va prendre son bâton de pèlerin !

Les différents partenaires font savoir que la porte n’est pas fermée, et que si la ville et la métropole veulent venir les rejoindre, elles seront les bienvenues.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *