Relever le potentiel enfoui

Pour la deuxième année, les Rendez-vous du Patrimoine qui ont eu lieu jeudi 16 mars à l’Hôtel de Ville, ont eu un franc succès. Associations, Conseils de quartiers, Comités d’Intérêt locaux et de nombreux professionnels ont répondu présents à l’invitation.

Valeur universelle et exceptionnelle
Le patrimoine est l’affaire de tous, il est nécessaire de le valoriser par une approche collaborative, il est un atout pour construire la cité de demain. La ville est tout de même au premier rang, en ce qui concerne sa protection, son entretien et sa restauration. La fontaine Bartholdi, l’Hôtel-Dieu ou la Confluence en sont des exemples qui témoignent des efforts que fait la municipalité dans un contexte difficile.
« Lyon est aujourd’hui reconnue sur la scène internationale, indique Jean-Dominique Durand adjoint au maire délégué au patrimoine, nous recevons des délégations étrangères principalement pour la gastronomie, la lumière et les fleurs ».
Il est nécessaire de maintenir le patrimoine vivant, et c’est ce que la ville s’efforce de faire, d’abord en l’entretenant, ou en reconstruisant la ville sur elle-même comme ont fait l’Université Catholique et Habitat et Humanisme sur le site des prisons de Perrache.
« Certes, son entretien représente un coût élevé, poursuit l’adjoint, mais au vu du nombre de touristes qu’il attire, cela est intéressant ». Ce secteur permet également la création de nombreux emplois, dans l’hôtellerie, la restauration, les commerces ; il est un véritable levier pour l’économie qui de ce fait favorise le capitalisme.
Le label Unesco, engagement à conserver et à entretenir son patrimoine, obtenu en 1998, a donné un véritable coup de fouet au tourisme et à la ville qui a su développer son offre en rénovant l’espace public, Berges du Rhône et Rives de Saône, et en créant de beaux évènements, comme la Fête des Lumières ou Quai du Polar ainsi qu’en renouvelant son offre muséale.
Le patrimoine aide à construire un avenir qui a du sens, l’exploitation du passé est un instrument d’attractivité. La Confluence en est un bel exemple, avec la Sucrière, les Douanes, et la réhabilitation de quelques halles du marché de gros.
Les trois prix citoyens du patrimoine, concernant d’autres quartiers que la presqu’ile, qui ont été remis à cette occasion, distinguent parmi les quarante-cinq dossiers déposés, les initiatives citoyennes les meilleures et les plus méritantes dans le domaine.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.