Redéfinir la politique commerciale

Le commerce est important pour le lien social, les valeurs de proximité et d’emploi, il doit s’intégrer dans les stratégies territoriales, en respectant l’équilibre entre grandes et petites surfaces. Un point a été fait à la CCI,  le mardi 22 novembre.

Vente grâce au flux – Afin d’éviter la désertification des centres villes, la Métropole et la CCI ont mis en place plusieurs actions de fond pour anticiper l’avenir. «  L’agglomération lyonnaise est la seule métropole où le commerce de proximité se maintienne » avance Marc Dégrange vice-président délégué au commerce.
Actuellement, de nouvelles pratiques de consommation investissent la cité, le paysage a changé, c’est la fin du modèle tayloriste qui prônait les grandes surfaces et les centres commerciaux, le nombre de possibilités offertes au consommateur sont multiples (drive, e.commerce …). Ceci est lié à des contraintes budgétaires, et au développement technologique.
« Le maitre-mot du commerce est le flux, là où est l’un est l’autre »  indique Nathalie Damery de l’Observatoire Société et Consommation.

De plus en plus d’espaces sont liés au commerce, gare, magasins éphémères, show-room, mais aujourd’hui il ne s’agit plus seulement de transaction, des services d’un nouveau genre tels Amazon et Google ou des objets connectés apparaissent sur le marché, et cela touche tous les domaines du quotidien, d’autant que la révolution internet change le monde.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le nombre des seniors qui ont inventés la consommation, est en augmentation. Ils continuent à consommer tout en restant en centre-ville, ils attendent que le commerce vienne à eux par les livraisons à domicile ou les achats sur internet, quand les jeunes sont à fond pour le drive ou internet.

Il va donc falloir repenser fondamentalement les relations avec le client, en allant vers lui, en lui fournissant des services qui l’incitent à acheter comme des crèches où il puisse laisser ses enfants pour aller faire des courses. Ceci pour répondre aux nouvelles aspirations sociétales, un français sur deux veut consommer autrement, local, bio. « Le commerce va donc devoir s’adapter à l’environnement et aux besoins des clients » poursuit Nathalie Damery. L’avenir du commerce, pour que tout ne devienne pas e.commerce, c’est la bienveillance, la compétence, les animations … bref tout ce qui attire et crée du flux!

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.