La rafle de la rue Sainte-Catherine

Le 9 février 1943, quatre-vingt-six personnes juives furent arrêtées par les nazis, au numéro 12 de la rue Sainte-Catherine, où elles venaient chercher de l’aide. Une cérémonie de commémoration de cette journée qui s’inscrit dans l’histoire sombre de la France et de l’Europe, a eu lieu le dimanche 12 février, en présence du consul d’Allemagne.

Perpétuer la mémoire
Ce jour-là, tous ces hommes, femmes et enfants ont été pris dans un piège. Envoyés à la prison de Montluc, ils furent expédiés à Drancy, puis de là dans les camps d’extermination, desquels seulement trois revinrent. « N’oublions pas toutes ces victimes, lance Nathalie Perrin-Gilbert, maire du 1er arrondissement, ni tous ceux qui se sont battu pour la dignité et l’humanité de notre pays ». La barbarie des nazis a transformé des hommes en bourreaux et en monstres, l’antisémitisme et le racisme sont à exclure des valeurs françaises.
Il est nécessaire de perpétuer la mémoire de cette page noire de l’histoire, afin de la transmette à la jeunesse. « Lutter contre l’oubli est le premier pas vers la réconciliation, indique Jean-Dominique Durand adjoint au maire délégué à la mémoire et aux anciens combattants, le poison et la haine sont encore tapis dans notre société ». Honorer ces martyrs de la première grande rafle allemande permet de réaffirmer l’engagement de la France envers la communauté juive.
Le travail de Serge Klarsfeld, président des fils et filles de déportés de France, a permis de faire surgir la vérité, et de retrouver les noms de toutes ces victimes, qui aujourd’hui sont inscrits sur une plaque apposée sur le mur de l’immeuble.
Cette commémoration a été l’occasion de dénoncer les crimes et les atrocités qui se passent dans le monde actuellement, le Moyen-Orient, Daesch etc., et d’insister sur le fait qu’il est nécessaire de rester constamment vigilant. « Sans oublier le passé, considérons le présent pour créer l’avenir »

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.