Quotidien facilité

Il y a environ trois cent quatre-vingts naissances par an dans le 1er arrondissement. Les deux parents travaillant généralement, il faut donc prévoir des modes de garde

Plusieurs façons de se retourner

Aussi le 1er propose-t-il onze crèches, deux cent quatre-vingts places en accueil collectif, trois micro-crèches et un relai de quatre-vingts assistantes maternelles, ces dernières accueillant un quart des enfants de l’arrondissement. Les crèches associatives sont subventionnées par la ville, mais contrairement aux crèches municipales, demandent une forte implication des parents, comme les crèches parentales.

Si les enfants sont accueillis plus de vingt heures par semaine, les parents doivent s’adresser à la mairie ; s’ils le sont moins de vingt heures ou occasionnellement, ils traiteront directement avec la ou les crèches.

Les assistantes maternelles gardes les enfants à leur domicile, dans la limite de quatre, elles doivent être agréées. En revanche, pour  les gardes partagées entre deux familles , les assistantes se déplacent au domicile des parents. « Suivant les revenus de la famille et le nombre d’enfants, la Caisse d’Allocations Familiales peut prendre en charge une partie de la rémunération » indique Fatima Berrached élue dans le 1er lors de la présentation des différents modes de garde le mardi 30 avril.

Quelle que soit la façon choisie, l’enfant se construit petit à petit. Les crèches comme les assistantes, relais éducatifs des parents, s’adaptent au temps des enfants comme à celui des familles ; dans tous les cas, s’il y a handicap, celui-ci est pris en compte.

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.