Préoccupations majeures

De grands changements affectant particulièrement la presqu’ile, se profilent actuellement à Lyon. Les habitants sont très soucieux, particulièrement de la piétonnisation annoncée et les mobilités alternatives proposées, du stationnement en recul permanent et de la sécurité. Ces points sont les sujets de travail du Comité d’Intérêt Local Centre Presqu’ile (CPI), qui a tenu son assemblée générale le vendredi 28 janvier, salle François Sala.

Vue minimaliste

Les expérimentations piétonnes qui ont eu lieu jusqu’à maintenant n’ont pas permis de se prononcer fermement sur la solution à adopter, aussi une autre doit avoir lieu au printemps prochain, pour permettre d’élabore un projet. Depuis dix ans, 30% des places de stationnement sur voirie ont été supprimées, et cela n’est pas terminé, les travaux prévus sur l’axe nord-sud en supprimeront de nombreuses. Il est pourtant indispensable pour les résidents de pouvoir se garer, bien que la Métropole considère que les habitants de la presqu’ile n’ont pas besoin de voiture. C’est une vue minimaliste, puisque dès qu’il s’agit de sortir de Lyon ou de charger, il en faut une ! « Nous sommes d’accord pour éliminer le transit du centre-ville, indique le président Bernard Colombaud, mais pas pour supprimer toute circulation et stationnement ». Et c’est bien là où le bât blesse, la municipalité veut diminuer drastiquement la circulation automobile.

Si les rodéos sont en diminution du fait de la fermeture nocturne de certaines rues, les incivilités s’accroissent, mais les élus ne sont pas favorables à la vidéosurveillance, ce qui est contreproductif.

Un grand projet de la municipalité pour développer une zone de loisir donnant un bel accès au Rhône, est le réaménagement de la Rive droite du fleuve (axe nord-sud), en réduisant le nombre de voies, et en supprimant plusieurs centaines de places de stationnement, ainsi que les trémies, sans avoir fait aucune étude préalable sur les flux de déplacement, ce qui est inconcevable ! Mais elle part du principe qu’à partir du moment où il sera interdit ou très difficile de circuler, les voitures s’évaporeront ! Le CIL propose de couvrir et d’allonger la trémie Bellecour Antonin Poncet, et non de la supprimer. Il n’est pas sérieux de vouloir supprimer cet axe tant que la presqu’ile n’est pas apaisée !

contact: lyon-presquile@orange.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.